« Construire ensemble une offre de soins coordonnée, de proximité et de qualité »

Conférence du 18 septembre 2018 sur la stratégie nationale de transformation du système de santé

« Je veux que le système de santé soit un pilier de l’État providence du XXIe siècle » […] C’est autour du patient que doit se construire la réponse des soignants, en proximité et coordonnée » […] « mettre le patient au centre et garantir à tous les Français une meilleure prévention et un accès à des soins de qualité ». […] « Alors que les pathologies chroniques se développent l’exercice coordonné doit devenir une référence. Il faut que tous les professionnels de santé d’un même territoire travaillent ensemble, s’engagent et portent une responsabilité collective vis-à-vis des patients et de la population » a déclaré Emmanuel Macron.

Est annoncée la création pour des zones de 100 000 à 200 000 habitants des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) réunissant les hôpitaux de proximité, les praticiens de ville et le secteur médico-social (couverture du territoire prévue en juillet 2021). Les « hôpitaux de proximité » seront mieux définis, plus attractifs et même labellisés. L’ensemble trouvera appui sur le déploiement « dans les trois prochaines années » d’une véritable offre de services numérique pour partager l’information médicale de façon sécurisée et d’offrir des outils territoriaux indispensables à la bonne organisation des soins. « Il ne s’agit pas là seulement d’un changement technique mais d’une révolution profonde de la pratique médicale qui permettra une meilleure répartition des tâches au service d’une médecine personnalisée ».

La T2A fera place dès 2019 à un financement « au parcours et à la qualité des soins », d’abord pour deux pathologies chroniques : le diabète et l’insuffisance rénale chronique, puis de façon généralisée d’ici 2022.

Ont aussi été annoncés une revalorisation du travail des soignants, une rémunération des nouvelles pratiques avancées des infirmiers, un repositionnement du rôle des médecins praticiens dans l’hôpital et une augmentation de 2,5 % de l’Ondam contre 2,3 % préalablement annoncé.