« On a dit : pas plus cher ! »
Edito Hygiènes – Volume XXVII – n°4 – Septembre 2019

par Olivier Meunier*

Les Congrès de la SF2H par exemple, comme les Journées régionales consacrées à l’hygiène hospitalière, sont l’occasion pour les professionnels des équipes opérationnelles d’hygiène (EOH) de rencontrer les industriels en général très fiers de présenter leurs innovations, les nouveautés pour améliorer le confort du patient, la sécurité, la qualité du soin, l’efficacité de la désinfection ou du bionettoyage…

C’est passionnant de voir que le métier n’est pas figé, que les idées nouvelles fusent en provenance des quatre coins du monde et des quatre coins de France. Passionnant de voir que l’hygiène et la prévention des infections restent des activités dynamiques qui ne se cantonnent pas à quelques thèmes ressassés depuis des années auprès des soignants.

Bien sûr pour accompagner ces propositions, le message « commercial » est bien rodé : ce sont des professionnels ! Mais nous sommes aussi des professionnels dans notre domaine et si dans l’affiche, le dépliant, le dossier publicitaire ou technique, un mot, un chiffre, une norme… ne sont pas à leur place, on se fait vite une idée du sérieux de la nouveauté et de la société qui la défend.

L’EOH est tout aussi dynamique et ne demande qu’à essayer la nouveauté, la faire tester par les professionnels sur le terrain et bien sûr – et bien mieux – de trouver le moyen de mesurer l’impact de l’innovation dans tous les domaines possibles : ergonomie, confort, sécurité, écologie, gain de temps, transmission, contagion, protection… et bien d’autres domaines pour la qualité du soin, la sécurité du patient et du professionnel et la diminution du risque infectieux. L’EOH se lance dans la Recherche (« recherche appliquée » !) pour essayer de trouver les arguments « scientifiques » nécessaires pour convaincre.

On devrait pouvoir s’arrêter là : la valeur ajoutée de la nouveauté pour le patient ou le soignant devrait pouvoir s’imposer immédiatement sans autre forme de procès.

Sauf que : à qualité égale ou même supérieure, il faudra calculer, mesurer, chiffrer… le surcoût de la nouveauté et vérifier qu’au moins, ce n’est pas plus cher… – « Oui mais c’est mieux ! » – « On a dit : pas plus cher ! ».

L’EOH avait déjà validé ses compétences dans de nombreux domaines : la pédagogie, la communication, la qualité, la gestion des risques, la psychologie sociale, la microbiologie, l’informatique, les statistiques, la santé publique, les langues étrangères, la recherche… Il nous faut aussi apprendre le métier d’expert-comptable pour chiffrer le surcoût de la nouveauté tant attendue.

*Équipe opérationnelle d’hygiène – Centre hospitalier – Haguenau –France