Livre – Qualité et sécurité en établissement de santé

Sous la direction d’Éric Bertrand et Joël Schlatter. LEH Éditions, 2020.

Cette nouvelle édition du Panorama de la gestion des risques en France rassemble de nombreuses contributions d’un grand intérêt pour les qualiticiens et les gestionnaires de risques. Elles couvrent des domaines très variés : de l’impact des réseaux sociaux sur la vie de l’hôpital à l’évaluation de la sécurisation des soins, de l’obstétrique à la radiothérapie, de la sous-traitance à la robotisation, etc.

Nous commenterons seulement trois textes. Dans une préface qui est un véritable chapitre, Pascal Roze est impliqué au plus haut niveau dans la gestion des risques d’une grande entreprise, la SNCF. Il présente comment la recherche de la fiabilité a évolué vers un système global impliquant la direction et l’ensemble des acteurs, en prenant en compte les facteurs organisationnels et humains. « On a donc installé des boucles de rattrapages, des enclenchements, pour pallier les éventuelles carences de la technique ou de l’opérateur. De sorte qu’un niveau de sécurité éloignant, par exemple, un incident grave à moins de 10-6 ou 10-8 occurrences par an s’appuie nécessairement sur des dispositions de sécurité et de contrôles multiples, indépendants, dont la fiabilité individuelle ne serait pas suffisante mais dont la probabilité de défaillance simultanée permet d’atteindre le niveau de sécurité attendu ».

Dans un autre chapitre, Suzanne Bisaillon (Université de Montréal) étudie l’impact des réseaux sociaux sur la gestion des risques, alors que ceux-ci impactent chaque jour davantage les interactions entre les patients et les soignants. Entre autres, elle passe en revue des croyances, les possibles inconduites scientifiques, la nécessité de disposer de davantage de « données probantes » et l’effet du fameux « biais de confirmation ».

Troisième exemple de texte utile, Mireille Bulot et notre ami Michel Sfez s’attaquent à un problème épineux : l’évaluation des dispositifs de sécurisation des soins. Postulant une faible efficacité des dispositifs actuellement mis en place, ils plaident pour la mise en œuvre élargie d’études d’impact dans un contexte marqué par l’augmentation de l’activité, les pénuries de tout genre et l’épuisement professionnel. Des lignes de conduite pour ces analyses d’impact sont proposées par les auteurs.

Un ouvrage à intégrer à votre bibliothèque.

Jacques Fabry