Des virus, des hôpitaux et des hommes…
Edito Hygiènes – Volume XXIX – n°3 – Juillet 2021

Par Bruno Pozzetto*.


« La mort a failli nous emporter. […] Son ombre sinistre plane au-dessus de notre vie, mais nul ne peut nier que la perception du devoir, le sens de la mesure et des responsabilités, l’appréciation du sérieux de l’existence et de ses objectifs, le désir sincère de mûrir en s’améliorant, tous ces sentiments ont, dans cette ombre, pris de l’importance et sont devenus pour nous bien réels, au point de constituer le levain de toute notre société dans son ensemble. C’est quelque chose qui va au-delà des clans et des dogmes. Il s’agit plutôt d’un changement de perspective, d’une modification de notre sens des proportions, d’une prise de conscience saisissante que nous sommes des créatures insignifiantes et éphémères, que notre existence n’est que tolérée, à la merci du premier vent glacial soufflant de l’inconnu. »

Sir Arthur Conan Doyle, La Ceinture empoisonnée, 1913


La pandémie de Covid-19 qui a endeuillé l’humanité en ce début de XXIe siècle est venue réveiller les vieilles peurs qui ont jalonné l’histoire de notre espèce. L’émergence du virus Sars-CoV-2 au cœur de cette tragédie vient rappeler que les infections virales, depuis la variole jusqu’aux fièvres hémorragiques en passant par la rougeole ou la grippe, comptent parmi les fléaux les plus mortifères au sein des pathologies infectieuses. Jusqu’à ces dernières décennies, le potentiel nosocomial de ces grands phénomènes épidémiques était passé relativement inaperçu, au moins du grand public et même des décideurs de santé publique. Il a fallu attendre les années 1980 et suivantes pour que le risque nosocomial viral acquière un début de reconnaissance dans le monde médical [1-5]. Quelque quarante ans plus tard, trois messages tirés des événements récents peuvent inspirer les réflexions des professionnels spécialisés en hygiène.

Le premier message concerne le poids (les Anglo-Saxons disent le fardeau) porté par les travailleurs de la santé en matière d’infections virales acquises dans le cadre de l’exercice de leur métier. Les infections à coronavirus en général et la Covid-19 en particulier sont une excellente illustration de ce fardeau, en termes de proportion de cas cliniques (pour le Sras qui a émergé en Asie du sud-est, sur les 8 098 cas déclarés dans le monde entre novembre 2002 et juillet 2003, 1 707 cas [21%] ont concerné des soignants ; pour la Covid-19, la proportion de cas chez les soignants a été estimée à 3,8% en Chine, 11,9% à 20% en Italie, 16% en Espagne, et 3 à 11% aux USA [6]), ainsi qu’en termes de retentissement mental et psychosocial [7]. Il est intéressant de noter que la connaissance du risque nosocomial constitue un facteur de protection, comme cela a été montré tant pour l’infection à virus Ebola en 2014 au Liberia [8] que pour celle à Sars-CoV-2 [9]. Une revue de l’équipe de Didier Pittet et Stephan Harbarth souligne la nécessité d’approfondir les recherches en matière de transmission du Sars-CoV-2 à l’hôpital afin d’améliorer à la fois la protection des patients et des soignants [10]. Elle insiste également sur la place considérable prise par les stratégies de dépistage virologique (reposant sur les tests rapides ou les tests moléculaires de RT-PCR) tant des sujets symptomatiques qu’asymptomatiques pour identifier les personnes à risque et les isoler, même si, au cœur de l’épidémie, de trop nombreux soignants ont été contraints de poursuivre leur activité professionnelle malgré des stigmates biologiques d’infection active.

Le deuxième message concerne précisément le rôle des soignants dans la propagation des épidémies virales à l’hôpital. Dans ce numéro d’Hygiènes, Kevin Bouiller, Pauline Naudion et Catherine Chirouze du CHU de Besançon rappellent opportunément les enjeux de la grippe nosocomiale chez la personne âgée [11]. Des progrès significatifs ont été effectués en matière de diagnostic virologique de la grippe dans cette population et le Haut Conseil de la santé publique vient de recommander le recours aux tests de RT-PCR et apparentés pour le diagnostic de grippe nosocomiale en milieu institutionnel [12]. La vaccination des sujets âgés mais surtout de l’entourage de ceux-ci et des soignants représente un pilier essentiel de la prévention de la grippe nosocomiale dans les populations fragiles [13]. Suite à la présente pandémie, le prix payé en nombre de vies humaines dans les établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et dans les services de gériatrie avant la vaccination contre la Covid-19 pourrait, il faut l’espérer, inciter les soignants à accepter plus massivement de se faire vacciner contre la grippe. Cette dernière pathologie, pas plus que la Covid-19 ou la canicule, ne devrait constituer une façon de mourir socialement acceptée pour nos aînés vivant en milieu institutionnel.

Le troisième message relayé par l’actuelle pandémie réside dans l’efficacité des mesures barrières correctement appliquées, à commencer par les précautions standard implémentées en 1987 par les CDC américains pour aider à contrôler une autre pandémie causée par le virus HIV-1 [14]. Ces précautions standard étendues à la société civile et renforcées par le port adapté du masque chirurgical ont été à l’origine d’un effondrement de bon nombre d’épidémies saisonnières : méningites à entérovirus [15], épidémies respiratoires d’origines virales et bactériennes [16-18], gastro-entérites [19]. Ces observations démontrent qu’une politique de santé publique davantage orientée sur l’application des gestes barrières peut avoir des conséquences bénéfiques sur la prévention des épidémies saisonnières tant en milieu de soins que dans la communauté. Il serait souhaitable que les bonnes habitudes d’hygiène imposées par l’épidémie de Covid-19 se poursuivent au-delà de cet épisode afin de réduire le fardeau des infections communautaires et nosocomiales, notamment aux deux extrémités de la vie compte tenu de l’impact de ces pathologies en termes de morbi-mortalité dans ces populations.

En conclusion, au-delà des conséquences néfastes de l’épidémie à Sars-CoV-2 sur la santé et l’économie de nos sociétés, il est important de retenir pour l’avenir que les gestes de prévention (hygiène des mains, port du masque, distanciation physique, vaccinations antivirales) représentent des outils très efficaces pour contrôler les infections saisonnières, notamment à l’hôpital. Puissent les leçons de l’histoire des épidémies ne pas rester lettre morte dans le « monde d’après » !

*Centre hospitalier universitaire et université de Saint-Étienne – Université de Lyon – Saint-Étienne – France

Références

1- Valenti WM, Menegus MA, Hall CB, Pincus PH, Douglas RG Jr. Nosocomial viral infections: I. Epidemiology and significance. Infect Control 1980;1(1):33-37.

2- Graman PS, Hall CB. Epidemiology and control of nosocomial viral infections. Infect Dis Clin North Am. 1989;3(4):815-841.

3- Beytout D, Laveran H, De Champs de Saint-Léger C, Peigue-Lafeuille H. Prévention des infections nosocomiales d’origine virale. Rev Fr Lab 1988;171:35-42.

4- Denis F, Ranger-Rogez S, Venot C, Ploy MC, Martin C, Mounier M. Les infections nosocomiales d’origine virale. Spectra Biologie 1997;16:29-33.

5- Pozzetto B. Les infections nosocomiales virales et à agents transmissibles non conventionnels. Montrouge: John Libbey Eurotext, 2001. 554 pages.

6- Calò F, Russo A, Camaioni C, De Pascalis S, Coppola N. Burden, risk assessment, surveillance and management of Sars-CoV-2 infection in health workers: a scoping review. Infect Dis Poverty. 2020;9:139.

7- Kunzler AM, Stoffers-Winterling J, Stoll M, et al. Mental health and psychosocial support strategies in highly contagious emerging disease outbreaks of substantial public concern: a systematic scoping review. PLoS One. 2021;16:e0244748.

8- Matanock A, Arwady MA, Ayscue P, et al. Ebola virus disease cases among health care workers not working in Ebola treatment units, Liberia, June-August, 2014. Morb Mortal Wkly Rep. 2014;63:1077-1081.

9- Gagneux-Brunon A, Pelissier C, Gagnaire J, et al. Sars-CoV-2 infection: advocacy for training and social distancing in healthcare settings. J Hosp Infect. 2020;106(3):610-612.

10- Abbas M, Robalo Nunes T, Martischang R, et al. Nosocomial transmission and outbreaks of coronavirus disease 2019: the need to protect both patients and healthcare workers. Antimicrob Resist Infect Control. 2021;10:7.

11- Bouiller K, Naudion P, Chirouze C. Grippe nosocomiale chez la personne âgée : fréquence, caractéristiques cliniques et prévention. Hygiènes 2021;29(3):183-192.

12- Haut Conseil de la santé publique. Avis relatif à la préparation des épidémies de virus hivernaux en période de circulation du Sars-CoV-2, 17 septembre 2020. Accessible à : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=920 (Consulté le 23-06-2021).

13- Pozzetto B. La grippe à l’heure des bilans : il devrait être possible de faire mieux… Éditorial. Hygiènes, 2019;27(3).

14- Centers for diseases control and prevention. Universal precautions for prevention of transmission of human immunodeficiency virus, hepatitis B virus, and other bloodborne pathogens in health-care settings. Morb Mortal Wkly Rep. 1987;36:3S-18S.

15- Luciani L, Ninove L, Zandotti C, Nougairède A. Covid-19 pandemic and its consequences disrupt epidemiology of enterovirus meningitis, South-East France. J Med Virol. 2021;93(4):1929-1931.

16- Oster Y, Michael-Gayego A, Rivkin M, Levinson L, Wolf DG, Nir-Paz R. Decreased prevalence rate of respiratory pathogens in hospitalized patients during the Covid-19 pandemic: possible role for public health containment measures? Clin Microbiol Infect. 2020;27(5):811–812.

17- Rodgers L, Sheppard M, Smith A, et al. Changes in seasonal respiratory illnesses in the United States during the Covid-19 pandemic [Accepted manuscript]. Clin Infect Dis. 2021:ciab311.

18- Parry MF, Shah AK, Sestovic M, et al. Precipitous fall in common respiratory viral infections during Covid-19. Open Forum Infect Dis. 2020;7(11):ofaa511.

19- Bruggink LD, Garcia-Clapes A, Tran T, et al. Decreased incidence of enterovirus and norovirus infections during the Covid-19 pandemic, Victoria, Australia, 2020. Commun Dis Intell 2020;44. 8 p.