Colonisation par Serratia marcescens : expérience d’une épidémie en néonatologie

Auteurs: Isabelle Soulake 1, Angèle Gayet-Ageron 1, Denise Pichoud 2, Riccardo Pfister 2, Gesuele Renzi 3, Benedikt Huttner 1, Didier Pittet 1, Walter Zingg 1


Affiliations :

  • 1 - Service de prévention et contrôle de l’infection – Direction des soins – Hôpitaux universitaires – 4 Rue Gabrielle Perret-Gentil – 1211 Genève 14 – Suisse
  • 2 - Département de l’enfant et de l’adolescent – Hôpitaux universitaires de Genève
  • 3 - Laboratoire de microbiologie – Hôpitaux universitaires de Genève – Université de Genève

Auteur principal : Isabelle Soulake - Service de prévention et contrôle de l’infection – Direction des soins – Hôpitaux universitaires – 4 Rue Gabrielle Perret-Gentil – 1211 Genève 14 – Suisse - Email : isabelle.soulake@hcuge.ch

Résumé

De nombreuses flambées dues au Serratia marcescens chez les nouveau-nés sont décrites dans la littérature. Toutefois, leur source est rarement identifiée. Aux hôpitaux universitaires de Genève, 2 nouveau-nés en néonatologie et 2 nouveau-nés dans une unité de développement ont été découverts colonisés par S. marcescens à partir du 7 mars 2013. Lors d’une première enquête de prévalence le 23 avril, 8 autres cas ont été identifiés. Population et méthodes. L’origine de l’épidémie a été recherchée en néonatologie par une enquête environnementale et par quatre enquêtes de prévalence de portage (prélèvements nasopharyngés et rectaux) entre avril et juin 2013. Des audits d’hygiène des mains (n = 439) ainsi que des audits de soins ont également été effectués dans ce service. Résultats. Au total 232 dépistages ont été réalisés auprès des nouveau-nés dont 20 étaient positifs à S. marcescens avec une souche génotypiquement identique. Suite à un programme de formation, l’observance de l’hygiène des mains s’est améliorée, passant de 51 % à 79 %. La source du germe n’a pas été identifiée car les 231 prélèvements environnementaux réalisés étaient tous négatifs. Deux autres enquêtes de prévalence menées de juin à octobre n’ont démontré aucun portage. Conclusion. L’épidémie a pu être contrôlée grâce à l’amélioration des pratiques concernant notamment l’hygiène des mains, à l’isolement des enfants, aux mesures spécifiques instaurées, à la collaboration interprofessionnelle, et à l’éducation des parents.

2018 Bactérie Épidémie Gestion des évènements indésirables Hygiène manuelle Isolement du patient Néonatologie Précautions complémentaires Serriata marcescens Soins intensifs [Type]

En savoir plus

Se connecter
S'abonner