Dossier : Communication & formation – Construire et utiliser une chambre des erreurs – Un serious game au sein d’un service d’hygiène

Build and use a “room of errors” – A serious game within hygiene service

Auteurs: Sophie Rodari 1, Marie Regad 1, Martin Belan 1, Cindy Krommenaker 1, 2, Julie Lizon 1, 2, Anaïs Colas 1, 2, Arnaud Florentin 1, 2, 3


Affiliations :

  • 1 - Département territorial d’hygiène et de prévention du risque infectieux – Centre hospitalier universitaire régional (CHRU) – Vandœuvre-lès-Nancy – France
  • 2 - Département d’hygiène, des risques environnementaux et associés aux soins – Faculté de médecine – Campus biologie-santé – 9 avenue de la forêt de Haye – 54505 Vandœuvre-lès-Nancy cedex – France
  • 3 - Unité de recherche EA 4360 Adaptation, mesure et évaluation en santé – Approches interdisciplinaires (Apemac) – Université de Lorraine – Nancy – France

Auteur principal : Dr - Arnaud Florentin - Département d’hygiène, des risques environnementaux et associés aux soins – Faculté de médecine – Campus biologie-santé – 9 avenue de la forêt de Haye – 54505 Vandœuvre-lès-Nancy cedex – France - Email : arnaud.florentin@univ-lorraine.fr

Résumé

Introduction. La chambre des erreurs est une simulation d’un environnement de soins comprenant des erreurs que le participant devra rechercher. Outil complémentaire aux méthodes d’apprentissage classique, elle favorise une pédagogie par l’erreur, avec des objectifs très variés. Cette méthode, validée par la Haute Autorité de santé (HAS), doit faire partie intégrante tant de la formation initiale que continue. Déroulement. La conception doit être rigoureuse quant au choix des objectifs d’apprentissage et leur évaluation. Elle doit impliquer une équipe multidisciplinaire et être régie par des documents de travail permettant d’éviter l’introduction d’erreurs non souhaitées. Les explications sur le déroulement seront données à la porte : le participant ne devra rien toucher et noter sur sa grille les erreurs qu’il relève dans un temps imparti d’une dizaine de minutes. La phase de débriefing est la clé de voûte de cette méthode d’apprentissage, surtout avec l’aide d’un facilitateur. La HAS propose l’utilisation de la méthode RAS (réaction, analyse et synthèse). À l’issue de cette phase, de nouveaux objectifs pédagogiques peuvent être établis. Intérêts/Limites. La chambre des erreurs permet d’évaluer les connaissances via une situation pratique instaurant un climat de confiance et de culture positive de l’erreur. Elle développe les compétences sociales de communication. Son application est large et se conçoit comme outil pédagogique autant que comme audit de connaissances. Elle nécessite une méthodologie rigoureuse, toute modification pouvant en modifier la perception. Son organisation a un coût humain et financier et n’est pas généralisable. L’impact sur la mémorisation à long terme doit encore être étudié. Conclusion. Cet outil peut être proposé en formation initiale ou continue sous réserve d’une méthodologie rigoureuse. Son utilisation permet l’évaluation des connaissances et l’apprentissage par l’erreur des participants.

2020 Chambre des Erreurs Formation continue Formation initiale Serious game Simulation

Summary

Introduction. A room of error is a simulation of a health care environment with errors that the participant will have to find. Complementary tool to traditional learning methods, it’s encouraging a positive error pedagogy, with diversified goals. This method, approved by the French Health Authority, must be part of initial and on-going training. Setting. The design of the room must fit the chosen learning goals and their evaluation. It has to imply a multidisciplinary team and guided by working documents in order to avoid unexpected errors. Explanations should be given right before entering the room: the participant must not touch anything and write the supposed errors on his sheet during about ten minutes. Debriefing phase is the most important part of this learning method, especially with the help of a facilitator. The French Health Authority recommends the use of “RAS” method (reaction, analysis and synthesis). New pedagogic goals can be set at the end of this phase. Interest/Limits. The room of errors evaluates the knowledge of participants in a concrete and playful situation and creates a secure environment of positive error culture. It increases social skills and communication. It can be widely use in learning as in evaluation of knowledge. A rigorous method must be applied. Any modification of the organization, by the participant or the trainer, could induce bias leading in the finding of unwanted errors. Its application has a human and material toll and cannot be used as is by others. Impact on long term memory must be studied. Conclusion. This tool, with the validation of French Health Authority can be used in initial and on-going learning if designed with rigorous method. Its use allows a knowledge evaluation and positive error learning.

Continuing education Initial training Room of errors

En savoir plus

Se connecter
S'abonner