Excreta : comment changer des pratiques ancrées ?

Auteurs: Amandine Minchella 1, Véronique Laffont 2, Marian Gutowski 3, Sophie Rey-Dit-Guzer 4


Affiliations :

  • 1 - Pharmacien – Équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (EOH) – ICM – Parc Euromédecine – 208 avenue des Apothicaires – 34298 Montpellier cedex 5 – France
  • 2 - Cadre infirmier – EOH – Institut du cancer (ICM) – Montpellier – France
  • 3 - Chirurgien – Délégation qualité de gestion des risques – Institut du cancer (ICM) – Montpellier – France
  • 4 - Anesthésiste-réanimateur – Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) – Institut du cancer (ICM) – Montpellier – France

Auteur principal : Dr - Amandine Minchella - Pharmacien – Équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (EOH) – ICM – Parc Euromédecine – 208 avenue des Apothicaires – 34298 Montpellier cedex 5 – France - Email : amandine.minchella@icm.unicancer.fr

Résumé

Objectifs. Pour la gestion des excreta, les services d’oncologie et de chirurgie de l’institut du cancer de Montpellier sont équipés de laveurs-désinfecteurs de bassins (LDB). Nous avons commencé un travail sur la gestion des excreta en 2014, qui a conduit à la mise en œuvre de nombreuses actions correctives. L’objectif de cette étude était d’évaluer leur mise en œuvre. Méthode. En janvier 2017, l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (EOH) a mené une enquête auprès des aides-soignants (AS) et des infirmiers (IDE) de l’établissement, pour connaître leurs pratiques de gestion des excreta. Résultats. Vingt-cinq AS et 9 IDE ont participé à l’étude : 85 % d’entre eux éliminaient les selles des bassins dans les w.-c. de la chambre du patient et 97 % y vidangeaient également les urines des bassins et des urinaux. Le lavage du bassin était réalisé au LDB par 26 % des enquêtés en cas de selles, au LDB après un nettoyage manuel par 12 %, manuellement avec un détergent désinfectant par 12 %, et manuellement à l’eau par 44 %. Le lavage manuel était réalisé avec la douche du patient par 83 % des enquêtés ; le nettoyage des urinaux n’était pas réalisé par 12 %. Discussion. Nous avons constitué un groupe de travail pluridisciplinaire, chargé d’envisager le changement aux plans architectural, matériel et organisationnel. Des essais de broyeurs et de LDB ont été programmés et des formations menées. La gestion des excreta nécessite une démarche participative et pluridisciplinaire, ainsi qu’un investissement total de l’EOH.

2019 Changement de Comportement Désinfection Elimination des déchets Evaluation des pratiques professionnelles excreta Résistance aux antibiotiques

En savoir plus

Se connecter
S'abonner