Introduction

Description

Produire un numéro thématique sur les infections associées aux soins en néonatologie est l’occasion de mettre en lumière les spécificités et les exigences de cette discipline qui allie tradition humaine et avant-garde technologique. L’hygiène et la prévention des infections entretiennent des rapports très particuliers avec la néonatologie car c’est un univers à part entière où la survenue d’une complication septique peut rapidement mettre en jeu le pronostic fonctionnel et vital du nouveau-né.

La capacité à sauver et à accompagner vers une évolution normale des enfants de plus en plus prématurés a généré un vrai challenge pour chacun. C’est d’abord celui de l’information des familles qui doivent être conscientes des risques inhérents à une telle prise en charge et dont le niveau d’implication autour des soins est majeur. Il s’agit ensuite de prouesses techniques du soignant et il faut bien se représenter par exemple ce que sont l’insertion et la manipulation d’un cathéter épicutanéocave avec son diamètre externe de 0,6 millimètre. Dans une unité de réanimation néonatale, on réalise aujourd’hui des interventions chirurgicales pour corriger des malformations graves et il faut donc une polyvalence de locaux et une forte adaptabilité des équipes. On doit pouvoir traiter des fratries gémellaires et accueillir les familles de la façon la plus humaine et continue possible. Il y a aussi des ratios en personnels soignants officiels qui, dans le contexte difficile du moment, doivent être impérativement préservés et une expertise professionnelle spécifique des para-médicaux en puériculture que l’on doit intégrer.

En matière de prévention des infections associées aux soins, les challenges sont à la hauteur. Rien n’est complètement différent du soin traditionnel, mais rien n’est rigoureusement identique. Si dans des secteurs comme l’antisepsie, la Société française d’hygiène hospitalière a essayé de clarifier un petit peu les choses, il persiste dans beaucoup de domaines un manque de recommandations parfaitement adaptées à cette discipline que nous devons  combler en partenariat avec les autres sociétés savantes concernées. Ici encore plus qu’ailleurs l’approche bénéfices/risques se doit de prévaloir et amène à des choix qu’il faut savoir prendre et assumer. Notre mission reste d’aider les équipes de soins à trouver des solutions faisables et efficaces pour relever au quotidien ces défis de prise en charge.

Bien entendu la nutrition reste un des domaines vitaux qui hélas nous renvoient à des expériences parfois tragiques et souvent complexes à manager. Que l’on s’intéresse à la gestion des biberons ou à celle de l’alimentation parentérale, ce sont de nombreux aléas infectieux auxquels nous avons dû faire face par le passé et qui nous ont amenés à chaque fois à élever notre niveau de qualité et d’exigence dans ces domaines. En matière de prévention, rien n’est jamais acquis et la lutte contre la transmission croisée dans ces unités est souvent difficile, même si le niveau de sensibilisation des professionnels y est élevé. Chaque enfant que l’on peut transférer vers un secteur moins aigu, puis vers son domicile, est une belle victoire pour notre système de soins. Chaque infection prévenue, même si par essence elles ne sont pas connues, constitue une fierté pour notre discipline.

Même s’il faut rester très humble face au risque infectieux en néonatologie, il mérite tout notre engagement pour éviter aux professionnels et aux familles d’avoir à faire face à ses conséquences.

Il est certain que les revues bibliographiques et les retours d’expériences colligées ici permettront à chacun d’affiner et d’améliorer son approche de la prévention des infections associées aux soins en néonatologie.