Lecture critique – Risque de transmission croisée associée au patient « précédent » ou « concomitant » : une étude cas-témoins

Auteurs: Anaïs Andreo 1, Didier Lepelletier 1, 2


Affiliations :

  • 1 - Unité de gestion du risque infectieux – Service de bactériologie et d’hygiène hospitalière – Centre hospitalier universitaire de Nantes – Nantes – France
  • 2 - Équipe émergente (EE) 1701 S – Laboratoire de recherche Microbiotas, Hosts, Antibiotics, and bacterial Resistances (Mihar) – Institut de recherche en santé 2 (IRS2) – Université de Nantes – Nantes – France

Auteur principal : Anaïs Andreo - Unité de gestion du risque infectieux – Service de bactériologie et d’hygiène hospitalière – Centre hospitalier universitaire de Nantes – Nantes – France - Email : anais.andreo@chu-nantes.fr

Résumé

Titre de l'article sujet de la Lecture critique Cohen B1, Liu J1, Cohen AR2, Larson E1. Association Between Healthcare-Associated Infection and Exposure to Hospital Roommates and Previous Bed Occupants with the Same Organism Infect Control Hosp Epidemiol 2018; 39(5): 541-546. DOI: 10.1017/ice.2018.22. 1- School of Nursing – Columbia University – New York — 2- Independent Consultant – Rockville Centre – New York
Cette étude observationnelle cas-témoins avait pour objectif de mesurer les facteurs associés à la survenue d’une infection associée aux soins (IAS) en fonction du statut infectieux du patient ayant été hospitalisé précédemment dans le même lit ou dans le lit à côté. 761 426 enfants et adultes hospitalisés entre 2006 et 2012 dans quatre hôpitaux new-yorkais ont été inclus. Les « cas » étaient définis comme tous les patients ayant développé une IAS à Staphylococcus aureus, Acinetobacter baumannii, Streptococcus pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella pneumoniae, Enterococcus fæcalis ou Enterococcus fæcium. Les « témoins » étaient définis comme des patients n’ayant pas eu d’infection et ont été appariés en fonction de la date d’hospitalisation, de l’hôpital et de la durée de séjour. Les résultats microbiologiques des patients ayant occupé le même lit ou un lit dans la même chambre, 3 à 5 jours avant le cas, ont été analysés. 10 289 IAS ont été identifiées. L’analyse multivariée a montré que le fait d’avoir occupé le même lit à la suite d’un patient colonisé/infecté (odds ratio [OR] : 5,83 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] [3,62-9,39]) et le fait d’avoir été hospitalisé à côté d’un voisin colonisé/infecté (OR : 4,82 ; IC95 [3,67-6,34]) représentaient des facteurs indépendants associés au développement d’une IAS au même micro-organisme. En conclusion, l’hospitalisation dans une chambre contaminée par les micro-organismes d’un autre patient, ayant occupé le même lit ou ayant été un voisin de chambre, expose à un risque qui justifie des mesures de bionettoyage renforcées.

2019

En savoir plus

Se connecter
S'abonner