Sept années de prévention des infections urinaires dans les services de gériatrie des Hospices civils de Lyon

Auteurs: Raphaële Girard 1, Sylvain Gaujard 2, Véronique Pergay 3, Pascal Pornon 3, Luc Oltra 3, Catherine-Cécile Mauranne 3, Béatrice Cracco 3, Géraldine Martin-Gaujard 2, Claude Vieux 3, Laurent Bourguignon 2, 4


Affiliations:

  • 1 - Unité d’hygiène et épidémiologie – Bâtiment 3B – Centre hospitalier Lyon sud – 69495 Pierre-Bénite cedex
  • 2 - Institut du vieillissement, Hospices civils de Lyon, Lyon
  • 3 - Service épidémiologie, hygiène, infectiovigilance et prévention, Hospices civils de Lyon, Lyon
  • 4 - Hôpital Pierre Garraud, UMR CNRS 5558, Laboratoire de biométrie et biologie évolutive, Université Lyon 1, Hospices civils de Lyon, Lyon

Auteur principal: Raphaële Girard - Unité d’hygiène et épidémiologie – Bâtiment 3B – Centre hospitalier Lyon sud – 69495 Pierre-Bénite cedex - Email: raphaele.girard@chu-lyon.fr

2017 Épidémiologie Infection urinaire Sondage urinaire

Résumé

Introduction. Face au problème des infections urinaires (IU), les services de gériatrie des Hospices civils de Lyon ont mis en place un programme de prévention évalué par des études de cohorte. Matériel et méthodes. Le programme de prévention portait sur l’hygiène des mains des personnels, patients et visiteurs, le sondage à demeure (SAD) (obligatoirement en système clos), et le sondage évacuateur (SEV) (formation, amélioration du matériel et des protocoles). Les cohortes prospectives étaient identiques en 2009, 2012 et 2015. Tous les patients hospitalisés dans les services en juin ont été suivis. Les incidences des IU nosocomiales pour cent patients, et pour 1 000 jours d’exposition ont été analysées en fonction des expositions (SAD, SEV, autres), et des facteurs de risque. Une analyse multivariée a été faite selon un modèle de Cox, par année. Résultats. Les patients surveillés étaient 1 510 en 2009, 1 547 en 2012 et 1 612 en 2015. L’incidence des IU associées au SEV, de 29,7 % en 2009, a diminué en 2012 (17,6 %) et n’a pas évolué ensuite. L’incidence des IU associée au SAD a significativement diminué entre 2012 (14,8 %) et 2015 (8,1 %). En analyse multivariée, le SAD était un facteur significatif dans toutes les études et le SEV seulement en 2009 (RR > 5). L’écologie bactérienne n’a pas évolué, avec peu de résistances aux antibiotiques. Conclusion. Une politique efficace de prévention a été possible mais doit être poursuivie.

En savoir plus

Se connecter
S'abonner