Comment faire une revue non systématique de la littérature ?

Auteurs: Damien Hoarau 1, Pierre Leblanc 1, 2, Philippe Michel 1, 2


Affiliations :

  • 1 - Direction qualité usagers et santé des populations – Hospices civils de Lyon – 3, quai des Célestins – 69002 Lyon – France
  • 2 - Université Claude Bernard Lyon 1 – Research on Healthcare Performance (Reshape) – Inserm U1290 – Lyon – France

Auteur principal : Damien Hoarau - Direction qualité usagers et santé des populations – Hospices civils de Lyon – 3, quai des Célestins – 69002 Lyon – France - Email : damien.hoarau@chu-lyon.fr

Résumé

Une revue de la littérature est un exercice visant à récupérer et à ordonner des articles, ouvrages ou documents de la littérature scientifique. Il ne s’agit pas de simplement lister ou énumérer les articles les uns à la suite des autres, mais d’agencer ces travaux selon une certaine perspective. Une revue de la littérature permet ainsi de faire la synthèse des connaissances sur un sujet, ainsi que d’en définir les limites, dans le but d’identifier de nouvelles pistes de réflexions ou de travail. Cette revue de la littérature peut donc servir un projet de recherche ou la mise en place d’une démarche d’amélioration de la qualité. Ce travail, qui est consommateur de temps et de ressources mérite lorsqu’il est rigoureusement mené d’être partagé. La publication de revues de la littérature fait partie de la ligne éditoriale de la revue Risques & Qualité.

2021

Article

Définitions et contexte

Ce type de travail inclut une synthèse des données rassemblées avec une structuration des connaissances identifiées. Il permet éventuellement de confronter les résultats de différents articles dans le but de constituer un ensemble de preuves et d’arguments solides, particulièrement utiles pour la prise de décisions politiques ou stratégiques et pour la mise au point de recommandations.

Il existe deux grandes familles de revues de littérature, les revues systématiques et les revues non systématiques. « Les revues systématiques de la littérature sont le gold standard pour rechercher, critiquer et résumer les preuves scientifiques les plus robustes concernant une question clinique » [1]. L’objectif d’une revue systématique est de rassembler les articles qui ont le même design d’étude, des méthodes similaires, dont les résultats sont parfois combinés, et enfin dont la validité est rigoureusement évaluée avec des échelles publiées : elles permettent d’apporter une analyse robuste et globale des résultats des études primaires incluses dans la revue de littérature. Dans de nombreux cas (nombre et type de publications existantes, maturité et étendue du périmètre du sujet, ressources et délai disponible) une revue non systématique est privilégiée. C’est souvent le cas sur les sujets qualité et gestion des risques.

L’objectif de cet article est de décrire les trois méthodes de revue non systématique de la littérature.

Méthode

Pour répondre à cet objectif, nous avons réalisé une revue narrative. La nomenclature de la Temple University Libraries, qui propose sur son site une synthèse des principaux types de revues de la littérature scientifique avec les articles princeps, en précisant leurs caractéristiques, avantages et inconvénients, a été utilisée [2]. Nous avons complété ces recherches en interrogeant la base Medline via le moteur de recherche PubMed pour chacune de ces méthodes de revues de la littérature. Nous avons utilisé les équations de recherche suivantes : «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (narrative review*[Title/Abstract]) ; «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (systematic review*[Title/Abstract]) ; «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (scoping review*[Title/Abstract]) ; «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (mapping review*[Title/Abstract]) ; «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (mapping review*[Title/Abstract]) OR «Review Literature as Topic»[MAJR] AND (evidence map*[Title/Abstract]). Pour la revue narrative, nous avons également interrogé la base ResearchGate à l’aide de l’équation suivante : « literature review » AND « narrative review » AND « writing ». Les articles en français ont été prioritairement retenus pour servir d’exemples.

Revue narrative de la littérature, scoping review et mapping review : contextes d’utilisation, avantages et limites possibles

La présentation de ces trois méthodes de revue non systématique de la littérature en fonction de leurs caractéristiques et objectifs conduit à distinguer d’un côté la revue narrative et de l’autre la scoping review et la mapping review. Pour chacune de ces méthodes, nous avons retenu un ou deux article(s) de référence permettant d’appréhender cette méthode et un ou deux exemple(s) pour l’illustrer.


Encadré – Points clés

  • Parmi les méthodes de revue non systématique de la littérature, la revue narrative est la méthode la plus accessible et la plus rapide à réaliser. Elle permet d’explorer un domaine de recherche et de rassembler les articles de références pour ce domaine. Elle est d’autant plus adaptée que le domaine de recherche fait l’objet d’un grand nombre de publications.
  • La scoping review permet de faire une synthèse plus robuste de la littérature qu’une revue narrative. Elle est fondée sur une recherche structurée et extensive de la littérature. Un référentiel de bonnes pratiques existe (grille Prisma) et doit servir de guide aux chercheurs souhaitant réaliser ce type de revue.
  • La mapping review a des contraintes méthodologiques similaires à la scoping review. Elle est particulièrement adaptée lorsque l’on doit synthétiser et présenter l’étendue des publications et des données de la littérature en une ou plusieurs représentations schématiques pour un sujet donné à un public non spécialiste du domaine.

La revue narrative de la littérature, souvent utilisée et moins robuste

La revue narrative vise, à partir d’une analyse succincte mais rigoureuse de la littérature, à décrire le domaine concerné (théories, concepts, grandes dimensions du domaine) pour proposer de nouvelles théories ou une nouvelle classification, ou pour éclairer des décisions. Le plus souvent, elle est réalisée dans le cadre de la rédaction d’un rapport, d’un exercice préparatoire à un projet, d’un travail pédagogique ou de recherche. La sélection des documents à synthétiser n’est pas exhaustive mais cible les articles de référence ou considérés comme les plus pertinents. L’analyse vise à ordonner ces articles de manière à soutenir une réflexion et dégager des pistes d’action (rapport, travaux préparatoires à un projet) ou une question de recherche ou de pédagogie.

La revue narrative ne s’appuie pas sur une méthodologie standardisée pour l’inclusion des articles, à l’inverse des revues systématiques. Il n’est pas obligatoire de décrire précisément la méthode d’identification et de sélection des articles mais il est conseillé de définir une (ou des) équation(s) de recherche, en s’appuyant sur des mots-clés, pour interroger les bases de données afin de réduire le biais d’une sélection trop « subjective » des articles [3]. La sélection de ces bases ne se fait pas dans un souci d’exhaustivité mais se concentre généralement sur quelques bases, identifiées comme étant les plus pertinentes pour le sujet. Ce type de revue de la littérature peut inclure des documents de nature différente (articles scientifiques, livres, textes réglementaires etc.), des contenus de niveaux de preuves différents ou encore des études de recherche avec des méthodologies différentes, c’est-à-dire qu’il ne se cantonne pas aux essais cliniques randomisés et peut aussi inclure des études observationnelles par exemple. La synthèse des données est le plus souvent une description narrative de chaque étude incluse mais il est parfois possible de réaliser une analyse agrégée des résultats. La qualité d’une revue narrative de la littérature est variable d’un opérateur à un autre et dépend notamment de la rigueur de la sélection des articles ou encore de l’agencement des données issues des articles. De par la non-exhaustivité d’une revue narrative de la littérature et l’hétérogénéité des pratiques qui régissent sa réalisation, le résultat de la revue est difficilement reproductible.

Exemples de revue narrative de la littérature :

  • Mougeot F, Robelet M, Rambaud C, Occelli P, Buchet-Poyau K, Touzet S, et al. L’émergence du patient-acteur dans la sécurité des soins en France : une revue narrative de la littérature entre sciences sociales et santé publique. Santé Publique 2018;30(1):73-81.
  • Cherba M, Thoër C, Turbide O, Denault V, Renaud L, Valderrama A, et al. Online social support as a mode of psychosocial intervention: A review of scientific literature, avenues for future research, and recommendations for practitioners. Santé Publique 2019;31(1):83-92.

Scoping review et mapping review, deux méthodes qui diffèrent essentiellement sur la forme

Ces deux types de revue visent à présenter les différentes connaissances sur un sujet donné et les zones d’ombre. Elles sont fondées sur une méthodologie permettant à la fois une meilleure reproductibilité et une plus grande exhaustivité des études incluses que les revues narratives. Elles sont souvent utilisées lorsque le sujet est peu documenté ou émergent, à l’inverse des revues narratives.

Lors d’une scoping review, il est nécessaire de fonder sa revue de la littérature sur une question de recherche comme le préconisent Khalil et al. [4] et de structurer au préalable un protocole pour la sélection des articles [5]. Ce protocole définit les bases de données investiguées, les critères d’éligibilité des études, les équations de recherches utilisées ainsi que les données que l’on va extraire des études incluses. Il est courant de réaliser un diagramme de flux (logigramme), aussi appelé « flowchart » en anglais, des études incluses et exclues au fil des étapes de balayage de la littérature. Le format de synthèse des données est défini à l’avance. Le référentiel de bonnes pratiques pour la réalisation et la publication d’une scoping review est accessible sous la forme d’une check-list sur le site de référence « Prisma » [5]. Il est important de préciser que cette méthode de revue de littérature correspond à une approche descriptive des différents articles de la littérature pour un sujet donné. Il s’agit de répertorier et de classer la variété des études réalisées pour un sujet donné. Les critères d’inclusion des articles restent donc souples. La restitution des données prend le plus souvent la forme d’un tableau mais peut également être réalisée sous forme descriptive, en fonction du nombre d’articles notamment. Par rapport à une revue narrative, il faut généralement prévoir plus de temps et d’expertise car il faut élargir sa recherche à l’ensemble des bases de données pertinentes, définir a priori toute la méthode et inclure le maximum d’articles portant sur le sujet d’intérêt.

La mapping review, telle que décrite par Miake-Lye et al. [6], diffère de la scoping review par son mode de restitution des données. La présentation des données est faite sous la forme de graphiques et très peu sous une forme narrative. Cette représentation de la synthèse des données peut être intégrée dans un article mais peut aussi être présentée en tant que telle sur un site internet à destination du grand public [6,7].

Il est à noter que même si l’évolution de ces deux types de revues de la littérature tend vers la standardisation des pratiques en termes de conduite de ces revues, avec notamment l’émergence d’une grille Prisma pour les scoping review [5], il existe encore aujourd’hui une grande disparité d’une revue à une autre.

Exemple de scoping review :

  • Turcotte S, Vallée C, Vincent C. Occupational therapy and community integration of adults with neurological conditions: A scoping review. Can J Occup Ther 2018;85(5):365-377.

Exemples de mapping review :

  • EPPI-Mapper : Tableau en ligne: https://centreforhomelessnessimpact.github.io/egm-implementation/ White H, Wood J, Fitzpatrick S. Evidence and gap maps on homelessness. A launch pad for strategic evidence production and use. Londres: Centre for Homelesness impact. 2018. p. 52.
  • Tybor DJ, Beauchesne AR, Niu R, Shams-White MM, Chung M. An Evidence map of research linking dietary sugars to potentially related health outcomes. Curr Dev Nutr 2018;2(11):nzy059.

Conclusion

Plusieurs éléments sont à prendre en compte afin de choisir une méthode de revue non systématique de la littérature. Ce choix dépendra notamment des objectifs fixés, du sujet étudié, de l’exhaustivité et de la reproductibilité attendue de cette revue, des ressources et du temps disponible.

La tentation première dans le choix de la méthode est de réaliser une revue narrative de la littérature, du fait de la souplesse méthodologique admise… Cependant, il ne faut pas confondre souplesse et manque de rigueur. En effet, il faut être en mesure de justifier les choix d’inclusion et d’exclusion d’articles. La revue narrative nécessite également des compétences rédactionnelles pour la structuration et la restitution des données. Le choix de la revue narrative est particulièrement pertinent lorsqu’il s’agit de résumer des connaissances multiples issues d’un grand nombre de publications.

Les scoping et mapping reviews (nous n’avons pas de traduction satisfaisante à ces deux termes) conjuguent les avantages de l’exhaustivité de l’approche et de la reproductibilité des conclusions. Elles sont moins exigeantes que les revues systématiques, notamment car elles n’exigent pas d’analyser avec des échelles publiées la validité de chaque article inclus. L’existence d’une grille Prisma [5], constituée de tous les éléments clés pour la bonne conduite d’une revue, est un guide facilitant la démarche de la littérature. L’intérêt et l’enjeu de la mapping review sont de faciliter la compréhension intuitive et large pour le public visé de données parfois complexes ; les outils graphiques sont accessibles aux non-spécialistes de la communication.

Pour en savoir plus

1-Munn Z, Stern C, Aromataris E, Lockwood C, Jordan Z. What kind of systematic review should I conduct? A proposed typology and guidance for systematic reviewers in the medical and health sciences. BMC Medical Research Methodology 2018;18(1):5.

2-Roth S. Research Guides: Systematic reviews & other review types: Systematic review service [Internet]. [cité 1 févr 2021]. Accessible à : https://guides.temple.edu/systematicreviews/systematicreviewservice (Consulté le 01-02-2021).

3-Ferrari R. Writing narrative style literature reviews. Medical Writing 2015;24:230-235.

4-Khalil H, Peters M, Godfrey CM, McInerney P, Soares CB, Parker D. An evidence-based approach to scoping reviews. Worldviews on evidence-based nursing 2016;13(2):118-123.

5-Tricco AC, Lillie E, Zarin W, O’Brien KK, Colquhoun H, Levac D, et al. Prisma extension for scoping reviews (PRISMA-ScR): Checklist and explanation. Ann Intern Med 2018;169(7):467.

6-Miake-Lye IM, Hempel S, Shanman R, Shekelle PG. What is an evidence map? A systematic review of published evidence maps and their definitions, methods, and products. Systematic Reviews 2016;5(1):28.

7-EPPI-Mapper [Internet]. Accessible à : https://centreforhomelessnessimpact.github.io/egm-implementation/ (Consulté le 23-12-2020).

Historique : Reçu 1er février 2021 – Accepté 24 février 2021 – Publié 22 mars 2021.
Financement : aucun déclaré.
Conflit potentiel d’intérêts : aucun déclaré.