Évolution numérique et relation de soins : une révolution ?

Digitisation and care relationships. Revolutionary times?

Auteurs: Catherine Lemoine-Lestoquoy 1, Didier Fourel 2, Emmanuel Petit 3, Thomas Briand 1, Benjamin Camenen 1, Xavier Fouilland 3


Affiliations :

  • 1 - Service des urgences et Smur – CH des Pays de Morlaix – 15 rue Kersaint Gilly – 29600 Morlaix – France
  • 2 - Service de réanimation – BCRM de Brest – Hôpital d’instruction des armées de Brest – Brest – France
  • 3 - Services des urgences – BCRM de Brest – Hôpital d’instruction des armées de Brest – Brest – France

Auteur principal : Dr - Catherine Lemoine-Lestoquoy - Service des urgences et Smur – CH des Pays de Morlaix – 15 rue Kersaint Gilly – 29600 Morlaix – France - Email : clemoine@ch-morlaix.fr

Résumé

Le numérique favorise l’autonomie du patient, améliore la performance en santé et modifie la relation de soins, mettant en tension des enjeux individuels et collectifs (indépendance, confidentialité, responsabilité). Cet article propose, dans une approche éthique, une réflexion sur la problématique des rapports entre santé numérique et relation de soins. L’évolution numérique met en tension trois notions essentielles de la relation de soins. L’hospitalité : les réseaux virtuels facilitent une pratique collective du soin tout en maintenant le patient connecté dans son environnement privé. Le modèle autonomique du soin est renforcé mais un risque de déshumanisation existe, avec l’atteinte possible des libertés individuelles et une forme de « normalisation disciplinaire ». L’intimité : distance relationnelle et relation à l’intime sont modifiées. L’écoute, le dialogue et les non-dits entrent dans une crise du face-à-face. Les acteurs : les acteurs des soins se repositionnent sur une échelle statutaire allant de l’expert à son effacement. Or, les expertises du soignant et du soigné ont à converger pour atteindre la confiance mutuelle. Au final, appréhender l’humain dans l’espace numérique requiert trois attitudes : écoute, transgression et nomadisme. Cette vision anthropocentrée invite à proposer une éthique de l’intelligence artificielle.

2019 Éthique Relation soignant-soigné urgences hospitalières

Summary

Digitisation has encouraged patient autonomy, improved performance and modified care relationships by addressing collective and individual issues (independence, confidentiality, responsibility). This article uses an ethical approach to explore the problems surrounding the links between digital health and care relationships. Digitisation has highlighted three essential parts of the care relationship. Hospitality: virtual networks promote a collective practice of care whilst maintaining the connection with the patient in his private environment. The independent care model is reinforced but the risk of dehumanisation does remain, with possible infringements of individual rights and a degree of ‘disciplinary standardisation’. Privacy: relational distances and relationships regarding intimacy are modified. A confrontation arises between listening, dialogue and the unsaid. Partners: healthcare providers have repositioned themselves on the statutory scale, ranging from « expert » to unpresuming. However, the expertise of both carer and patient need to converge to achieve mutual trust. In all, understanding humanity in the digital space requires three skills: listening, transgression and nomadism. This anthropocentric approach invites readers to consider potential ethics for artificial intelligence.

Digital health Ethics Healthcare provider/patient relationship Hospital casualty care Hospitality Privacy

En savoir plus

Se connecter
S'abonner