Candida auris : émergent, multirésistant, nosocomial, transmissible. La BHRe des candida ?

« La résistance aux traitements anti-infectieux n’est pas limitée aux bactéries. On observe en particulier une nette augmentation de la proportion d’espèces résistantes au sein du genre candida – entre autres C. tropicalisC. glabrata et C. parapsilosis – et le CDC (Center for disease control and prevention) avait alerté en 2013 sur le risque d’infections sévères causées par ces champignons. C’est dans ce contexte qu’a émergé Candida auris. »

L’article présente les caractéristiques de cette levure, ses manifestations cliniques et épidémiologiques, ses modalités de diffusion.

« Les expériences acquises avec d’autres germes multirésistants nous ont enseigné que des mesures précoces et agressives de contrôle du pathogène émergent étaient essentielles pour enrayer ladite émergence. En conclusion, si les hôpitaux français n’ont pas encore été confrontés à C. auris, les cliniciens, biologistes et hygiénistes doivent être informés du risque car seules une investigation rapide et des mesures d’hygiène efficaces peuvent limiter sa diffusion. L’enjeu est d’autant plus important que, une fois un patient colonisé ou un environnement de soins contaminé, l’éradication de C. auris semble difficile.»

Publié par Audrey Maurand et coll. (CHU de Saint-Étienne).

Lire l’article dans le Bulletin national des Cpias n° 10 – mars 2018.