10 ans de mesure de la prévalence des infections

De septembre à novembre 2017, 47 sites hospitaliers belges ont participé à une enquête de prévalence ponctuelle (punctual prevalence study [PPS]), organisée par le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (ECDC) en collaboration avec Sciensano. Quels enseignements pouvons-nous tirer de ces résultats ? Quelles sont les grandes évolutions observées après trois grandes enquêtes de prévalence ?

En dix ans, le secteur des soins hospitaliers belges a participé à trois enquêtes de prévalence des infections associées aux soins (IAS). Ces enquêtes sont des photographies faites à un moment donné pour évaluer le pourcentage de patients hospitalisés atteints d’une IAS. Les différences méthodologiques, les changements d’hôpitaux participants ou encore les évolutions du système de soins, comme la baisse de la durée moyenne du séjour, sont des éléments qui doivent nous amener à comparer les résultats avec prudence. Néanmoins, il est impossible d’ignorer certaines grandes tendances qui se dégagent de ces trois enquêtes.

Les trois vagues de collecte de données concernent un nombre important de patients (entre 11 800 et 17 340 selon l’enquête), ce qui confère une certaine légitimité aux résultats obtenus. La première enquête, menée en 2007 par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) en collaboration avec la Plateforme fédérale d’hygiène hospitalière, faisait état d’une proportion de patients infectés de 6,2 % (95 % IC 5,9-6.5 %) au moment de l’enquête. Par extrapolation, en 2007, on estimait à 103 000 le nombre de patients touchés par une IAS chaque année [1]. L’enquête de prévalence de 2011 (PPS de l’ECDC, 2011) estimait le nombre de patients infectés à 7,1 % (95 % IC 6,1-8,3 %) [2]. Ce résultat n’a presque pas évolué puisque la PPS l’ECDC de 2017 fait état de 7,3 % (95 % IC 6,4-8,3 %) de patients touchés par une IAS [3]. Ces dernières données fournissent une estimation de 101 000 patients ayant contracté une infection nosocomiale au cours de l’année [4]. Malgré les précautions à prendre dans l’interprétation des évolutions, force est de constater une certaine tendance à la stagnation du nombre d’IAS, dont le niveau reste assez élevé dans nos hôpitaux.

D’autres tendances persistent dans les trois enquêtes. La première est les résultats par spécialité qui tendent à rester stables, avec le maintien d’une prévalence très élevée pour les soins intensifs. La seconde tendance structurelle concerne les principaux types d’infections, parmi lesquelles on retrouve par ordre d’importance en 2017 : les infections des voies respiratoires, les infections des voies urinaires, les infections du site opératoire, les infections sanguines et les infections du système gastro-intestinal. Ces cinq groupes d’IAS représentent environ 84 % des infections totales observées dans les trois grandes enquêtes.

Ces chiffres doivent interpeller le secteur des soins de santé, qui se doit d’examiner de manière plus approfondie les causes de cette prévalence élevée dans le but de proposer des solutions adaptées au contexte hospitalier belge. Parallèlement, il est essentiel de donner aux acteurs concernés par la problématique les moyens de développer des actions evidence-based permettant d’améliorer cette situation préoccupante.

Références

1- Vrijens F, Gordts B, De Laet C, Devriese S, Van De Sande S, Huybrechts M, et al. Les infections nosocomiales en Belgique, volet 1 : étude nationale de prévalence. Health Services Research (HSR). Bruxelles : Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (KCE) ; 2008. Report No. : 92B. Accessible à : https://kce.fgov.be/sites/default/files/atoms/files/d20081027371.pdf (Consulté le 12-03-2019).

2- European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC). Point prevalence survey of healthcare associated infections and antimicrobial usent in European acute care hospitals 2011-2012. Stockholm. 2013. 216 p. Accessible à : https://ecdc.europa.eu/sites/portal/files/media/en/publications/Publications/healthcare-associated-infections-antimicrobial-use-PPS.pdf (Consulté le 12-03-2019).

3- Vandael E, Catry B, Latour K. Point Prevalence Study of healthcareassociated infections and antimicrobial use in Belgian acute care hospitals: Results of the ECDC PPS 2017. Brussels, Belgium: Sciensano ; 2018. 34 p. Report Number : D/2018/14.440/37. Accessible à : https://www.sciensano.be/fr/biblio/point-prevalence-study-healthcare-associated-infections-and-antimicrobial-use-belgian-acute-care (Consulté le 12-03-2019).

4- Suetens C, Latour K, Kärki T et al. Prevalence of healthcare-associated infections, estimated incidence and composite antimicrobial resistance index in acute care hospitals and long-term care facilities: results from two European point prevalence surveys, 2016 to 2017. Euro Surveill 2018; 23(46): 1800516. Accessible à : https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2018.23.46.1800516 (Consulté le 12-03-2019).