Nouvelle certification : la HAS s’appuiera sur les professionnels pour son élaboration

(Communiqué) : La HAS a lancé, à l’automne dernier, une réflexion sur l’évolution de la procédure de certification des établissements de santé. Les enjeux de cette mutation sont un soutien à l’engagement et l’implication du patient, au développement de la culture de la pertinence, du résultat et du travail en équipe, moteurs d’amélioration des pratiques. Les objectifs d’ici à 2020 sont : médicaliser et mieux prendre en compte les résultats de la prise en charge (PEC) ; simplifier l’ensemble du dispositif de certification ; s’adapter aux regroupements d’établissements publics (GHT) et privés. La certification rénovée, qui continuera de porter une appréciation indépendante sur la qualité des prestations des hôpitaux et cliniques en France, doit être mise en œuvre en 2020. […] Dans l’objectif d’élaboration du nouveau dispositif, la HAS constituera plusieurs groupes de travail. Un sera dédié au parcours générique du patient, c’est-à-dire les domaines transversaux de la prise en charge (identitovigilance, produits de santé, douleur, etc.) ; des groupes seront consacrés à chacune des 15 prises en charge spécifiques : 9 concernant des activités spécifiques (médecine, chirurgie et interventionnel [bloc, endoscopie, etc.], maternité et obstétrique, psychiatrie et santé mentale, soins de suite et de réadaptation, ambulatoire [dont consultation – CS, télémédecine], hospitalisation à domicile, urgences et crises sanitaires et soins non programmés, soins critiques) ; et 6 à des populations spécifiques (en situation de handicap, gériatrique, atteinte de maladies chroniques, atteinte de cancer, pédiatrique, précarité). Les situations cliniques particulières pour lesquelles des indicateurs de qualité et de sécurité des soins existent (prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, post-partum, chirurgie bariatrique, insuffisance cardiaque, etc.) seront également intégrées voir développées. Enfin, 3 groupes seront en charge des principes de management des groupements d’établissements et de la réflexion sur l’adaptation aux structures mixtes sanitaires et médicosociales.