Rapport (avril 2019) – Indications des interventions non pharmaceutiques contre les maladies transmissibles

Pour limiter la diffusion des maladies transmissibles, le HCSP définit les principales interventions non pharmaceutiques, c’est-à-dire celles qui s’appliquent lorsque ni médicament ni vaccination efficaces ne sont disponibles et/ou n’existent. Ces interventions comprennent la recherche et le suivi de contacts, l’éviction des collectivités ou des lieux publics et la quarantaine à domicile ou en structure dédiée. Elles concernent des personnes asymptomatiques, contacts de malades ou exposées à un risque d’infection. Le HCSP indique les éléments à prendre en considération pour la mise en œuvre de ces mesures, notamment de la quarantaine. Les freins et les facteurs pouvant aider à leur mise en place sont précisés. Des fiches détaillent, pour des agents infectieux visés par le règlement sanitaire international, les caractéristiques épidémiologiques à prendre en compte et les interventions à privilégier selon l’agent en cause.

Sur le plan juridique et éthique, les mesures prises doivent trouver un équilibre entre l’intérêt de la collectivité et les droits des individus et être conformes aux lois nationales et traités internationaux. Le HCSP préconise que l’information du public et des personnes contacts soit élaborée et diffusée en s’appuyant sur une expertise professionnelle, et que les différents professionnels amenés à intervenir auprès des personnes contacts soient formés. Des fiches présentant les indications, les modalités de mise en œuvre, et les obstacles et facteurs d’acceptabilité de chacune des interventions complètent le document.

https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=717