Premières lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé sur les interventions de santé numérique

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié, le 17 avril 2019, des recommandations sur dix manières dont les pays peuvent utiliser les technologies numériques (accessibles grâce aux téléphones portables, aux tablettes et aux ordinateurs) pour améliorer la santé des populations et les services essentiels.

« Il est essentiel d’exploiter les possibilités offertes par les technologies numériques pour parvenir à la couverture sanitaire universelle », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Les technologies numériques ne sont pas une fin en soi ; ce sont des outils indispensables qui permettent de promouvoir la santé, de préserver la sécurité mondiale et de servir les populations vulnérables », a-t-il ajouté.

[…] L’envoi de rappels aux femmes enceintes pour qu’elles se rendent aux consultations prénatales et qu’elles ramènent leurs enfants se faire vacciner est une intervention numérique qui a déjà des effets positifs dans certaines régions. D’autres instruments numériques ont été examinés, comme des outils d’aide à la prise de décisions destinés aux agents de santé lorsqu’ils prodiguent des soins, et des instruments qui permettent à des personnes et à des agents de santé qui se trouvent à différents endroits de communiquer et de se consulter sur des questions de santé.

[…] Les technologies numériques permettent de plus aux agents de santé de donner plus efficacement des informations sur l’état des stocks de fournitures et sur les pénuries. Cependant, la notification à elle seule ne suffit pas à améliorer la gestion des stocks ; les systèmes de santé doivent aussi réagir et prendre rapidement des mesures pour reconstituer les stocks nécessaires.

[…] Les gens doivent aussi avoir la garantie que leurs données personnelles sont sécurisées et que le fait d’avoir accédé à des informations sur des sujets sensibles, tels que les questions de santé sexuelle et reproductive, ne leur fait courir aucun risque.

https://www.who.int/fr/news-room/detail/17-04-2019-who-releases-first-guideline-on-digital-health-interventions